Qu'est-ce que le "Grading" ? 

Le « grading » est le processus visant à « grader » les pièces de manière, dit-on, définitive.

Pour bien comprendre la nécessité du « grading », il faut partir du constat suivant :


La valeur d’une pièce dépend essentiellement de son état physique (de conservation) (et, pour une certaine mesure, du millésime de sa frappe, ainsi que de l’atelier de frappe).


JLes pièces sont couramment classées en 4 « colonnes », en fonction de leur état : il y a l’état N (neuve) - SUP (Superbe) - EC (Etat courant) et UN (Usure normale).

Ensuite, ces prix en colonnes peuvent varier selon certains millésimes et certains ateliers de frappe.

Lorsqu’on prend un registre comme « Info-Monnaies » par exemple, extrêmement connu, avec ses « hors-séries » de cotations, on réalise les différences colossales de valeurs qu’il y a entre les 4 états de pièces. D’où l’importance d’avoir ses pièces dans les colonnes les plus « hautes ».

Par contre, ce que l’on ne réalise pas du tout, c’est que ces « états » originels des pièces sont très rares, c’est-à-dire que les prix donnés dans ces colonnes ne concernent que 5% à peine des pièces d’or.


Du coup, la plupart des gens pensent que leurs pièces d’or vont obligatoirement rentrer dans l’une ou l’autre de ces colonnes, et c’est là que les problèmes commencent.


Afin de clarifier la situation, des organismes se sont créés pour « classer » les pièces : ils proposent d’expertiser vos pièces, de les enfermer dans des coques thermocollées et de leur donner un « grade » définitif qui, disent-ils, « fera foi » en cas de revente : ce sont les organismes de « Grading ».

Les 4 plus importants organismes de ce type sont américains. Ils ont désormais des bureaux en Europe, à Bruxelles, à Paris ou à Londres.

Il s’agit de :

  • La PCGS (Professionnal Coin Grading Service)
  • La NGC (Numismatic Garanty Corporation)
  • l’IGC (Indépendant Grading Classor)
  • l’ANACS (l'American Numismatic Association Certification Service),le plus ancien de tous, créé en 1976.

Mais un « petit nouveau » français vient de se lancer dans l’aventure, il s’agit de la Société

  • GENI (Gradation et Expertise Numismatique Internationale).


Avantages et inconvénients du Grading.


Tant que l'on parle de « classement » des pièces par des experts, cela peut être utile, afin d’avoir une véritable base d’évaluation et de rareté.

Initialement, l’ANACS était un organisme qui fournissait des CERTIFICATS d’AUTHENTICITE. On vous disait si oui ou non votre pièce était « d’origine », de quelle origine, avec un descriptif de son état physique. On estimait qu’un CERTIFICAT ANACS était « crédible ».

Mais avec le "grading", il y a la notion de "up-grading", qui consiste à faire passer vos pièces d'une colonne à une autre, pour lui donner de la "valeur".

En effet, ces organismes se livrent désormais à ce qu'ils appellent la « restauration » des pièces.

Du coup, des pièces décotées sont « réparées », avec des machines à laser ou des meulettes très sophistiquées, et peuvent ainsi accéder au « grade » supérieur, voire plusieurs grades supérieurs ... Une fois mises « sous coques », on ne sait plus si on a à faire à une pièce d’origine ou à une pièce réparée ... Et bien entendu, on ne peut plus ni la toucher, ni la peser.

De plus, les organismes de « grading » se livrent à une guerre commerciale sur leurs prestations et sur leurs résultats. On dit que lorsqu’une pièce a été expertisée par un organisme, il est recommandé de la faire « contre-expertiser » par un autre. Avouons que c’est embêtant...


Finalement, le concept même de certification « d’origine » (expertise attestant l’origine de la pièce et son état originel) ne sont plus garantis. On ne sait plus si une pièce « gradée » est une pièce réellement d’origine ou une pièce réparée.