Rachat d'or : pourquoi le prix est libre alors qu'il y a un cours officiel ?

Le prix de rachat de l’or est libre, c’est-à-dire que tous les opérateurs de cette profession peuvent bien, en effet, acheter l’or aux particuliers le prix qu’ils veulent.

La seule obligation qui leur est faite vis-à-vis du prix qu’ils pratiquent, c’est d’afficher clairement ce prix, de manière visible, dans leur boutique, bureau ou point de vente. (Code de la consommation, Articles L 224-96 à 99).

Et justement, si ce prix doit obligatoirement être affiché (sous peine de graves sanctions pour les professionnels), c’est non seulement qu’il n’est pas le même partout, mais qu’il change tous les jours …

Or s’il change tous les jours, c’est précisément en fonction du « cours » qui, lui aussi, change tous les jours (et même deux fois pas jour).


Le "cours de l'or" n'est pas unique.

Lorsqu’on parle du « cours de l’or », on pense il n’y a qu’un seul cours de l’or, indiscutable, et qui s’impose à tous.

En pratique, c’est loin d’être le cas.

Déjà, pour la France, ce « cours de l’or » n’est plus réalisé par les autorités de notre Pays. En effet, la cotation officielle de l’or sur Euronext-Paris a été définitivement supprimée le 2 août 2004. 



Le Cours du "Fixing de Londres".

Aujourd’hui, le « cours de l’or » est fixé deux fois par jour à Londres au sein d’une organisation appelée « London Bullion Market Association » (la LBMA), qui donne le prix de l’or en dollars et en euros sur deux références de « poids » qui sont « le lingot d’un kilo entier et certifié » et « l’once ».

Ces réunions de banquiers qui sont sensés fixer le cour de l'or mondial s'appellent "le fixing".

Etant donné qu’il y a quand-même une forte parité entre le dollar et l’euro -laquelle fluctue sans arrêt elle aussi-, on a déjà donc 4 valeurs de cours par jour.

Ensuite, il y a deux « fixing » chaque jour : un à 11 heures, un à 15 heures, (heure de Londres). Cela fait 8 valeurs de cours par jour.


Or industriel, or d'investissement, et quelques autres...

De plus, en France, et depuis que l’or n’est plus côté à Paris, la Société CPoR DEVISES, continue de communiquer un cours dit lui aussi « de référence » pour tous les produits d’or les plus échangés : voilà un nouveau prix, qui ajoute encore à la confusion sur le « cours » prétendument « officiel » de Londres.

Enfin, et sans entrer dans le détail des différents taux d’alliages, il faut quand même dire qu’il y a plusieurs sortes d’or : il y a l’or « industriel », l’or « d’investissement », l’or « numismatique », le « cours d’achat », le « cours de vente », le « cours aux particuliers », le « cours aux professionnels » …

Au final, on peut comptabiliser une bonne dizaine de « cours » qui font office de « référence ».


Coefficients réducteurs.

Quoi qu’il en soit, c’est sur ce « cours de référence », -en espérant qu’il soit le même partout …- que vont s’appliquer tous les coefficients qui vont finalement permettre d'établir le prix d’achat au gramme de chaque point de vente :

  • coefficients d’alliage,
  • coefficients de frais d’affinage,
  • coefficients de cotes ou de décotes,
  • coefficients de marges, de commissions, d’honoraires, que vont prendre tous les intervenants du marché,

et qui sont libres, eux…

Voilà pourquoi la comparaison, et la comparaison « physique », d’un comptoir à un autre, est donc plus que jamais nécessaire pour savoir quel prix votre or peut-il vous rapporter.